Archive for décembre 2007

le vainqueur du concours de stickers

décembre 30, 2007

Vous souvenez vous d’une tentative d’organisation de « concours de stickers » chez Estim visant à retrouver des autocollants baleines dans les endroits soit les plus insolites, soit les plus visités?

Le concours était parti un peu aux oubliettes, même si je me souviens d’une baleine Estim hameçonnée au bout d’une canne à pêche par Clemsou entre autres…

Bref, on a jamais poursuivi le concours, ni célébrer de vainqueur, et voilà qu’aujourd’hui Ruillasse nous envoie un lien sur La Dépêche présentant le nouveau candidat pour les cantonales de Luz / Ganarnie et tutti quanti.

Jean Jacques Adagas pose fièrement devant un panneau de signalisation du canton, sur lequel on retrouve une belle baleine Estim verte.

Bravo à Pborde le rider luzien pour sa stickerisation…

C’est les kids on vous dit!!!!!

Publicités

Personne n’aurait imaginé un tel Royal Barrique Secret

décembre 18, 2007

Aujourd’hui nous avons eu droit a un jour de Surf très particulier sur la côte Sud des Landes. Voilà le récit étapes par étapes d’une longue journée rythmée par un gros vent d’EST.

Pour vous recentrer le contexte, nous avions pour ce week end (15/16 Dec) de bonnes prévisions pour organiser le Royal Barrique Secret, mais Samedi avait été plutôt limité au niveau de la housse, laissant de grosses espérances pour le swell qui devait rentrer dans la journée de Dimanche (aujourd’hui)

8h15 – rencontre avec l’ennemi du Surf Reporter

Le réveil sonne, tôt pour un dimanche matin. Je m’empile une demi dizaine de couches de vêtements, des gants, puis un bonnet, et je pars direction la Gravière dans une voiture toute glacée. Le ciel est couvert… Tout comme la veille.

Un peu plus tard en longeant le parking de la Nord, je réalise que se pose un premier problème: la brume. Il est impossible de distinguer ni la taille des vagues ni la qualité… Une seule certitude; le vent est OFFSHORE et soutenu, et il fait très froid (-11.6° sous le vent selon ViewSurf).

10h48 – plus longue la houle…..

Edouard et moi retournons voir la mer accompagnés par le Jury du Royal Barrique Secret (Stef Ducos, Baptiste Caussèque, Benji Foulet, Guillaume Baché). On y retrouve quelques participants du Royal Barrique Secret et renommés photographes sur le qui-vive comme nous. Une barre s’étendant de la Centrale à la Gravière casse avec régularité sans la moindre épaule ne laissant absolument aucune chance aux quatre bodyboarders mis à l’eau en face du Parking. Benji revient des Culs Nus et nous indique que c’est la même chose là bas; une houle très très longue venant s’échouer avec fracas. Il y a 2m de vagues solides.

11h15 – sommes nous maudits..?

Arrivée à la Piste. Les bancs de sables et la houle peuvent difficilement être plus moisis. Rejoints par Christophe Rebecchini, nous sommes cachés derrière les toilettes publiques de la Piste, frigorifiés par le vent qui redouble de force en haut de la dune. On se charrie sur notre malédiction… Les conditions étaient parfaites, mais la houle est tellement longue qu’aucun spot ne fonctionne. La marée est idéale et pourtant, il n’y a pas le moindre barrel à l’horizon. Nous sommes prêts à rentrer brocouilles (pour reprendre la fameuse expression), mais Stef, Christophe, Doud et moi tentons quand même un dernier passage à la Gravière.

12:32 – 20 bombes! pas moins.

Arrivés à la Gravière il n’y a pas de quoi se réjouir; un des deux téméraires qui s’était mis à l’eau 1 heure plus tôt semble déjà sorti et toujours pas une vague potable pour le second. Tout ferme, et le voir « manger » sur les grosses séries continuellement, rend même confortable le froid glacial qui nous entoure hors de l’eau. Christophe et moi sommes en plein débat concernant les droites qu’on semble distinguer aux Culs Nus. Vu d’ici c’est Back Door (Hawaï), mais à près d’1 km du pic, c’est très souvent un effet d’optique d’une vague qui ferme très vite. Edouard décide d’y retourner.

Nous y retrouvons un petit groupe (Jean Seb Estienne, Yann Martin, Fred Arnoux et Antoine Quinquis….), qui nous parlent d’une droite incroyable qui a pété plusieurs fois. La série ne tarde pas et dans un grand cri collégial, la machine se produit devant nous. Une droite extrêmement solide, qui déroule très creuse sur une bonne distance. Le genre de vague que les beachbreaks délivrent rarement. 1 fois, 2 fois, 3 fois…. les regards se croisent. Derrière cette barrière de mousse infranchissable, au milieu de grosses séries aux lèvres épaisses qui décalent, il y a bien une vague… Une vague qui déroule, qui tube, qui atteint souvent 3m voir plus et qui peut produire un barrel « Hawaïen » (Je sais que Julien n’aime pas qu’on compare Hossegor et Hawaï, mais le comportement de cette droite quand elle passe ne ressemble que peu à une vague de Beachbreak).

La grande question reste complète: qui va la surfer?

  1. Kelly S. et ses copains du tour sont à Pipe, et ils ont été rejoints par beaucoup de candidats au Trophée Royal Barrique Secret. Un nombre limité de spécialistes du barrel sont à Hossegor ce week end.
  2. Il fait 0 dégré dehors avec un vent très fort… qui va « chausser » la 4″3 et les chaussons (voir les gants et la cagoule) pour aller combattre les courants et une barre qui semble infranchissable.
  3. Admettons que quelqu’un parvienne à passer la barre… comment se placer au large, entre les séries monstrueuses qui décalent, pour chopper un barrel qui risque fort d’annihiler tous tes efforts et te valoir une belle « ramassée » au moindre faux pas.

La Waiting Period du Royal Barrique Secret a été entamée fin Octobre; et nous avons tout essuyé: le manque de swell, le manque de tubes, la mauvaise orientation de la houle… et en face de nous déroule une vague qui si photographiée avec un surfeur dans son coeur ferait le tour des mags de Surf. Jean Seb Etienne motive ses troupes, Chris « Merguez » Rebecchini est remonté à bloc. Allons-y, envoyons ce texto si attendu… tant pis si la plupart des concurrents risque de refuser des conditions si délicates; nous lançons la compétition!

13h à 17h12: des cris, des larmes, des boîtes et des barriques!

Inutile de vous le cacher, les conditions étaient monstrueuses et très très difficiles. Peu de participants se sont mis à l’eau et on les comprends. Les vagues surfées furent très rares, et les barriques aussi.

Avant de disséquer les vidéos et de faire le montage du Royal Barrique Secret 2007, nous souhaitions vous donner un petit aperçu du potentiel de la journée avec cette petite vidéo.

En attendant un compte rendu complet en images de l’édition du Royal Barrique Secret 2007, nous remercions

  • le Jury et l’équipe d’organisation: Bat Caussèque, Benji Foulet, Guillaume Baché, Stef Ducos, Edouard Riu, Nathalie Mangiarotti, Clem Demange, Caro Dulon, Benoît Layrisse, Céline Idélovici
  • les participants: dont la liste est toujours tenue secrète!!! car c’est un des principes du Royal Barrique Secret
  • les spectateurs qui sont venus nombreux compte tenu du froid et du peu de monde dans l’eau
  • Xavier Gès et Sud Ouest qui a couvert l’événement dans notre quotidien régional préféré!
  • Thomas Baché: inventeur du concept et organisateur de la compétition avant son départ en Australie.

Nous vous tenons au courant très prochainement pour les images, les résultats et la remise des prix.

A bientôt et merci.

Ce que vous aimez sur le Web Estim

décembre 17, 2007

Aujourd’hui, alors que je bullais tranquillement sur notre site de Statistiques pour le forum, le guide de voyage Surf & Snow et le Site Asso, je me suis pris à un petit jeu de comparaison pour savoir quelles pages étaient les plus appréciées.

Voilà les Web Awards Estim pour les trois derniers mois:

Riders les plus côtés:

1. Benjamin Foulet

2. Guillaume Baché / Pablo Soldini (ex aequo)

3. Stephane Ducos

Fringues les plus côtées:

1. Camomille (incroyable car c’est le premier t-shirt Estim crée en 2003)

2. Licorice (sweats + tops pour les filles)

3. Pictural (nouvelles collec: qui s’en sort bien car la page n’était pas encore en ligne début Septembre)

Nous continuerons ces petites cérémonies bien sympa une prochaine fois… Avec notamment « la destination la plus en vogue » sur le site Tripestim.com!

Tahiti on fire !!!!

décembre 16, 2007

Estim, c’est une assoce, c’est aussi un guide de surf et snow complet sur internet, mais Estim c’est surtout une façon de rassembler des passionnés de surf, de bodyboard, de skim, de snow ou de ski, des accros à la glisse et des fondus de voyage….des voyages pour trouver la vague parfaite, sa vague parfaite, ou sa pente de peuf toute vierge après deux bonnes heures d’ascension….Les récits qui vont suivre sont ceux de surfers « normaux », pas de sponsoring, d’hélico ou de jets qui suivent votre yacht, pas d’hotel de luxe et de clim, juste des vagues parfaites et des destinations de rêves, où je vous conseille d’aller le plus vite possible… Read, go on www.tripestim.com, and enjoy !!!!….

First destination : Tahiti.

Quand on pense à Tahiti, on imagine déjà Bora-Bora, ces plages de sable fin, la chambre à 1500 dollars la nuit avec vue sur le lagon et petit plongeoir privé, les Vahinés qui dansent pour toi toute la nuit, de la bronzette et encore de la bronzette avec un Cocktail frais à la main … Cependant, Penelope Cruz n’ayant pas pu se libérer pour l’occasion, j’ ai décidé d’appeler mon pote Nico vivant sur place et vous allez voir que même si ça vaut pas deux semaines de gavage avec Penelope dans un hotel de luxe, c’était quand même pas mal du tout….

Le trip, comme tout trip qui vous oblige à prendre l’avion, commence par une petite période de stress (pour moi du moins) qui fait que vous essayez de ne rien oublier… Si je peux vous donnez un conseil, pas de stess pour Tahiti, c’est un peu comme la France au final, alors il vous suffit de prendre trois planches, genre deux 6’4 identiques (on casse assez souvent là-bas) , ça reste souvent pas plus gros que deux mètres, et si vous êtes chaud prenez une 6’10 ou une 7 pieds pour Teahupoo. Prenez un Top pour le matin et pour vous protéger du corail hyper coupant…Oubliez les chaussons par contre, vous allez être tenter de poser les pieds direct sur le corail et de vous cassez ou fouler la cheville…. Et puis il vous faudra prendre un bonne crème solaire, je vous conseille l’Oxyde de Zinc, on en met sur les fesses de bébé , c’est hyper efficace. C’est à peu prés tout, n’oubliez pas votre console de jeux portable (si vous en avez une je vous hais) , pour les attentes de plus de 8 heures à Charles de Gaulle c’est très agréable. Allez hop dans l’avion maintenant !!!!!!

Mmmmmmmmmmmhhhh…. Enfin !!!! Les 24 heures de trajet sont passées, je me trouve donc à l’aéroport de Papeete vers 4 heures du mat. Le voyage commence bien, Nico mon pote ne s’est pas levé, deux heures de retard, il arrive avec un collier de fleurs, c’est la tradition, les Vahinés ne sont pas là, je suis un peu déçu. Me voilà donc sur la route, nous partons direct vers le Sud de Tahiti, en direction de Teahupo, j’ai la boule au ventre, j’en peux plus , je me demande comment sont les vagues et si elles ne sont pas trop dures à surfer, si j’arriverai à surfer Teahupo’o, si je vais direct m’éclater sur le reef et passer les trois semaines sur le bateau, si je prendrai les vagues de ma vie, s’il y aura des barrels, des gros barrels, bref comme d’hab quand vous arrivez dans une nouvelle destination surf.

Nico, lui, connait bien les vagues Tahitiennes, il a tout prévu pour que le trip soit parfait, on est dans une pension avec deux chambres, une salle de bains et une cuisine, une maison en fait, quelques mètres plus loin se trouve le lagon avec un ponton privé d’où on peut plonger… la grande classe. C’était à peu prés 300 euros par personne pour les trois semaines. On avait même un petit jardin pour garer la voiture de Nico, le petit bateau avec sa coque alu et son 15 cv qui dépote tout. A propos du bateau , c’est essentiel à Tahiti, et il y a autre chose qui est essentiel si vous voulez profitez à Tahiti, c’est un pote qui vit là bas… Sans pote et sans bateau, il vous faudra louer une voiture(c’est la ruine!!!), aller à l’eau en pirogue (dangereux s’il vous arrive qulque chose sur le reef) bref c’est pas cool du tout.

La vie d’un surfeur là-bas est idyllique : lever avant le jour, petit déj fuité pour Nico, confiture et biscottes pour moi, installation des planches dans la bateau, un petit pull pour la matin , ne pas oublier la crème pour les fesses de bébé, et zou direction la marina pour au moins deux sessions par jour…

La gauche que l’on surfe tous les jours est peu connue, mais c’est vraiment une worl class wave !!! (en français « une vague de grand malade!!!!).

Le premier matin est une révélation, la tension se sent sur la bateau, et plus on s’approche de la vague, plus je peux voir les séries de 1m50 dérouler à la perfection et sans personne à l’eau, c’est taré, la vague casse sur un dalle de corail et déroule ensuite parfaitement sur 150 mètres. La vague est hyper fun, elle tube grave sur la dalle mais c’est chaud , il n’y a pas d’eau, après c’est une bonne vague à manoeuvre, roller, cut back, et des bons carves dans le deuxième bowl, du gavage et du bon surf sur cette vague pendant dix jours, matin et soir, là bas le vent est quasiment toujours bon , pas comme à Teahupo’o. En plus les locaux sont hyper sympas, il faut juste être polis et aller les saluer un par un, et ils vous laissent prendre des vagues, mais de toutes les façons, la plupart du temps on surfait tout seul avec Nico. Les vagues sont là tous les jours, avec de la bonne taille et entre les sessions, on part faire de la plongée sur la barrière de corail.Tous les soirs, pour fêter tout ça, on prépare de bons festins accompagnés d’un peu trop de bière locale, la Hinano, en revanche, j’ai pas pu en boire autant que certains locaux.

Au bout de dix jours , le mauvais temps arrive, genre très mauvais temps, et les prévisions annonce une houle énorme, j’imagine déjà Laird Hamilton et Dorian arriver avec leurs jets.Wouahouuuu!!! Bref pendant que le vent souffle, on en profite pour aller avec quelques potes sur Papeete, voir si les Tahitiennes sont aussi jolies que ce que l’on dit, parce que sur la presqu’île c’était pas top !!!Les restos sont assez chers mais vraiment trop bien pour la plupart, l’un d’eux se situe dans un port de plaisance pour bateau de luxe, Yacht avec piscine couverte, des deux mats en pagaille, et des bons sashimis dans toute les assiettes, mmmmh, délicieux.Les bars sont sympas, des petits concerts amateurs, pas trop de touristes, et oui, en effet, certaines Tahitiennes sont hallucinantes !!! Mais bon c’est pas tout ça, la houle est arrivé, et il faut aller voir ça… Lionel Corbel, un photographe pro vivant sur son bateau dans le port de Teahupo nous avait dit « Les gars, si vous voyez, sur la route longeont le lagon, un peu de gravier jeté sur le bitume par la houle, ça veut dire que c’est énormissime » . Ecoutez bien, quand on est rentré de Papeete, on a vu un tas de sable et un branche entière sur la route, autant vous dire qu’on était très excités. Le lendemain, Lionel nous amène dans la passe de Teahupo, je monte dans son zodiac, je me demande comment il peut flotter, on a du mal à avancer tellement le courant est fort, les vagues sont énormes, pas de surfeurs à l’eau parce que le vent n’est pas trop bon, mais on flippe grave, alors que Lionel est tout excité et n’arrête pas de nous dire « c’est énorme, c’est énorme », moi j’ai perdu mon bronzage en une demi heure à peu près, et aprés avoir vu pas mal de séries on a décidé de rentrer… Ouf nous avons survécu, un peu déçu de ne pas avoir vu d’équipe de tow in, mais j ai quand même eu ma dose d ‘adrénaline….

Les jours suivant ont été aussi paradisiaques que les autres, du pur surf sur la gauche de rêve, des sessions de pirogues à trois, avec un champion du monde tahitien, des grosses bouffes et anniversaires locaux, de la Hinano et encore de la Hinano…

Du coup comme on était bien en canne, et que l’on voyait que la date du départ avançait, on décide de se motiver pour aller à Teahupo’o.. j ai bien dit « décide de se motiver » car Teahupo’o, même si c’est largement surfable à 1m50, cela reste un mythe… Bref, ni une ni deux, le dernier matin, on sse lève aux aurores, un bon petit déj et on est parfait pour le « tyop ».. Arriver là bas on voit la vague de côté depuis le bateau, je suis hyper excité, et je me jette à l’eau avec Nico… Les vagues ont une bonne taille, en tout cas suffisant pour que Nico et moi nous tapions de bons petits barrels…Yahou !!! Je peux rentrer en France la tête haute….

C’est à peu près tout les gars, juste des vagues parfaites, un mode de vie à la Tahitienne, de bons petits tubes et des sessions sans personne à l’eau… Enfin, si je peux vous donnez un conseil, essayez de vous faire des contacts là-bas, dans ce cas là, je vous assure que vous allez vous gaver.

A plus tard pour un prochain trip… on se retrouve sur www.tripestim.com.

Royal Barrique Secret…… fingers crossed

décembre 10, 2007

Les prévisions de surf pour ce week end sont presque optimales:

  • Houle bien orientée
  • Houle solide entre 1m30 et 2m20 selon les sources et le jour
  • Même si ça décale, les prévisions pour vendredi et lundi sont très bonnes aussi
  • Vent offshore et ce probablement toute la journée (surtout pour dimanche)

Nous allons probablement tenir notre compétition de tubes pour de bon! (faudrait pas s’emballer non plus car on est quand même à 5 jours du week end)

Dimanche semble plus prometteur que samedi, avec plus de taille et un vent offshore plus prononcé.

Pour rester informé concernant l’organisation ou non de la compétition, restez à l’écoute sur la page officielle.

Les conditions sont encore mauvaises aujourd’hui avec la tempête qui fait toujours rage, donc pour vous détendre, vous pouvez jeter un petit coup d’œil sur la « Bande Annonce » du Royal Barrique Secret.

Rider dans l’âme

décembre 4, 2007

Comment travailler ses frontside air en attendant la neige…