Archive for the ‘surf’ Category

Mick Fanning vs Kelly Slater – qui méritait le titre ?

février 1, 2014

Le championnat du monde de surf 2013 ce sera joué d’un souffle entre Mick Fanning, vainqueur, et Kelly Slater, second.

Est-ce la bonne personne qui soulevé la coupe ??? Photo © ASP / Cestari

Est-ce la bonne personne qui soulevé la coupe ??? Photo © ASP / Cestari

Nous revenons dans cet article sur les faits marquants (de manière totalement objective) de cette année 2013 sur l’ASP World Tour, qui ont construit la victoire de Mick.

Avant de continuer :

Si la réponse aux questions suivantes est non, vous pouvez d’ores et déjà abandonner la lecture de cet article et partir sur quelque chose de plus digeste comme la vidéo du Royal Barrique 2013 :

  • Est-ce qu’il vous arrive de vous coucher après 23h pour suivre un live de compét de surf ?
  • Avez-vous déjà jonglé entre un live webcast et votre boîte email au boulot ?
  • Associez-vous le terme JT à un grand guignol décoré d’une chemise à fleurs ?
  • Vous arrive-t-il de pester contre un heat analyser car les « icônes » sont en décalage par rapport aux vagues ?
JJF toujours poli.. Un sourire forcé pour JT Photo: ASP/Kirstin

JJF toujours poli.. Un sourire forcé pour JT
Photo: ASP/Kirstin

Si la réponse est oui, bienvenue dans la grande analyse du titre de championnat du monde de surf 2013. Nous rêvions d’un dernier titre pour le plus grand surfeur de tous les temps, Kelly Slater, mais les conditions à réunir pour une victoire étaient extrêmement peu probables :

  • une victoire de Kelly Slater au Pipe Masters, et rien d’autre
  • une défaite de Mick Fanning en quart ou avant

Mick remporte bien le 4ème titre mondial de sa carrière, mais il sera passé pour cela par une victoire des plus serrées contre Yadin Nicol en quart de finales et une interférence des moins fair play en round 5 pour éviter John John en quart (ndlr : qui l’a ensuite proprement démoli en demi-finales). Un titre acquis grâce à un scénario incroyable à Pipe (une fois de plus) mais un titre qui laisse un goût amer pour beaucoup d’amoureux du surf.

Cela nous a motivé pour revoir toutes les séries serrées de la saison pour Kelly et Mick et voir à quel(s) moment(s) le titre s’est joué.

Shot de Mick à Kirra par Kelly... Toujours plus profond dans le tube :)

Shot de Mick à Kirra par Kelly… Toujours le plus profond dans les tubes 🙂

Le fait intéressant :

Kelly aura rencontré Mick deux fois, et les deux fois il a gagné, à Snappers en demi puis à Fiji en finale.

Ci-dessous, vous retrouverez le détail, de toutes les séries de Mick et Kelly gagnées ou perdues par moins de 2 points. Puis, en fin d’article, un tableau récapitulatif.

Les séries « serrées » de Mick :

Event : Banzaï Pipeline

  • Stade de la compétition : Round 5
  • Adversaire : CJ Hobgood
  • Scores de Mick Fanning : 9,50 + 2,50 = 12,00
  • Scores de l’adversaire : 6,83 + 3,67 = 10,50

Commentaire de la rédaction :
Fanning gagne la série avec un seul tube sorti. Le 2,50 étant un joli closier (« suicide close out » pour le commentateur). A 1min30 de la fin de la série, il a besoin d’un 8.00 et sort cette vague. La victoire n’est pas volée quand on regarde le 8,60 de Julian sur une vague moins grosse, avec moins de souffle. Cela dit, pour moi, Mick est vraiment surnoté, comme Julian d’ailleurs quand on voit celle de Zietz qui score un 7,77

Verdict de la rédaction : Mick mérite de passer !

Event : Banzaï Pipeline

  • Stade de la compétition : Quart de finale
  • Adversaire : Yadin Nicol
  • Scores de Mick Fanning : 9,70 + 7,33 = 17,03
  • Scores de l’adversaire : 9,33 + 7,57 = 16,90

Commentaire de la rédaction :
Le fait que Mick soit le premier à tuber Backdoor ce jour-là l’aide beaucoup à mon avis. Yadin ne score que 0,20 points de plus sur sa deuxième vague à Pipe et peut être qu’il méritait mieux.
Ensuite, à 1min40 de la fin, il a besoin d’un 9,57 quand il prend son meilleur score : 9,70. Si on compare avec son 9,50 du round 5, il mérite le 9,70, mais quand on compare au 9,33 de Yadin c’est plus compliqué. Le « head judge » Richard Porta dira qu’il était extrêmement difficile de départager le 9,33 du 9,70, en expliquant que l’écart vient du bottom de Mick. Beaucoup critiquent ce choix en disant que Pipe n’est pas une vague sur laquelle on fait des bottom, et que techniquement c’était plus dur pour Yadin…

Verdict de la rédaction : Mick ne mérite pas de passer !

« Richie Porta calling Micks bottom turn the difference between his wave and Yadins was an insult to anyone with a brain… » Anonymous

bobby-martinez-instagram

Bobby et l’Asp une histoire d’amour

Sunny salue la perf de Slate

Sunny salue la perf de Slate


Event : Peniche

  • Stade de la compétition : Round 4
  • Adversaire : JJ Florence et Matt Wilkinson
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 6,07 + 5,93 = 12
  • Scores de l’adversaire : 6,53 + 5,17 = 11,70

Commentaire de la rédaction :
Sur cette série Mick a deux tubes extrêmement similaires : deux droites, assez petites, les tubes sont courts et peu profonds. Le meilleur tube de JJ mérite bien un demi point de plus que ceux de Mick, car il est plus long, avec deux sections et il met quelques manœuvres derrière, mais c’est surtout son premier score, le 5,17, qui selon moi pose problème car la vague est grosse et il y a une bonne variation avec un joli turn et un petit tube. Je pense que cela méritait plus.

Verdict de la rédaction : Mick ne mérite pas de passer

Event : Peniche

  • Stade de la compétition : Quart de finale
  • Adversaire : Kaï Otton
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 5,33 + 4,10 = 9,43
  • Scores de l’adversaire : 6,67 + 3,33 = 10

Commentaire de la rédaction Le heat analyser est décalé, du coup nous n’avons pu analyser la série qu’à travers le heat recap. Il n’y a pas de doute sur cette série même si les scores sont serrés. Kaï Otton a de loin la meilleure vague de la série, et ensuite, sur les deuxièmes scores, on ne peut pas espérer plus d’écart en faveur de celle de Mick.

Verdict de la rédaction : il est logique que Mick ne passe pas ce tour.


Event : France

  • Stade de la compétition : Demi-finale
  • Adversaire : Joel Parkinson
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 8,70 + 7,40 = 16,10
  • Scores de l’adversaire : 8,10 + 6,93= 15,03

Commentaire de la rédaction j’avoue que c’est probablement la compétition où j’ai le moins compris le jugement. Et cette série l’illustre bien. Je n’oublie pas que nous ne sommes pas « juges » et que nous voyons forcément moins de choses que, toutefois, Fanning prend plus d’un demi-point sur chacune de ses meilleures vagues à Parko et je ne comprends pas vraiment pourquoi. Les vagues sont de tailles similaires, et parko mais une manœuvre de plus sur chaque vague, il fait preuve de variété également. Cela signifie donc que l’engagement de Mick et la difficulté de ses manœuvres dépassent celles de Parkinson, mais j’en doute.
On peut également comparer le 8.70 de Mick avec le 8.77 de la demi de Medina ; deux vagues de taille similaire, la première manœuvre est légèrement en faveur de Medina je dirais, car c’est une manœuvre, pas un foam climb… Et donc tout se joue sur la deuxième manœuvre… et comment peut-on donner le même score sur leurs deuxièmes manœuvres ?

Verdict de la rédaction je ne comprends pas du tout pourquoi Mick passe

Event : France

  • Stade de la compétition : Finale
  • Adversaire : Gabriel Medina
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 8,83 + 7,83 = 16,66
  • Scores de l’adversaire : 8,50 + 6,50 = 15,00

Commentaire de la rédaction il est intéressant de reprendre le commentaire fait sur la demi-finale contre Parko. Mick semble obtenir la préférence des juges grâce à des manœuvres plus difficiles et à plus d’engagement. Les juges ont vraisemblablement sous-noté les « airs » de Medina, qui pourtant les réalise (et ce n’est pas toujours le cas) dans des sections critiques en enchaînant avec d’autres manœuvres, avant et après. J’ai trouvé la victoire de Mick très imméritée, il a les vagues les plus longues, mais ce qu’il fait dessus n’est rien en comparaison de la maîtrise et la variété de Medina. J’entends dire :

oui mais Medina saoule tout le monde avec ses airs

Peut-être, mais si Shaun White faisaient 5 hand plants sur le pipe, mêmes stylés et bien réalisés, il ne serait pas champion olympique.

Verdict de la rédaction Fanning doit perdre cette finale


Event : Trestles

  • Stade de la compétition : Round 1
  • Adversaire : Kolohe Andino
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 6,67 + 7,77 = 15,50
  • Scores de l’adversaire : 7 + 8 = 15,00

Commentaire de la rédaction : on précisera qu’il est bien difficile d’utiliser le heat analyser de Trestles vu que les replay ne sont pas signalés et que le « live » propose deux angles différents, dur de comparer ! Ils ont d’ailleurs calmer le jeu après le round 1. Sur cette série, on a même pas la première vague de Kolohe, obligé de regarder le « heat recap » qui démarre sur la série suivante. Bref, pas contents ! Sinon, concernant l’analyse, la première vague de Kolohe est meilleure que la première de Fanning, il n’y a pas de doutes. A la vue de la manière avec laquelle les vagues backside de Michel Bourez sont notées à Trestles, j’aurais imaginé plus de différence entre les deux vagues, et ce à l’avantage de Kolohe. Par contre, sur la vague leurs meilleures vagues à tous les deux, la comparaison est difficile. Mick fait vraiment beaucoup mieux que sur sa première vague, qui est à mon avis sur-notée, mais est-ce que c’est mieux que le 8 de Kolohe… Pas sur, car Kolohe fait une grosse dernière manœuvre.

Verdict de la rédaction : Très serré


Event : Trestles

  • Stade de la compétition : Round 4
  • Adversaire : Michel Bourez
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 8,33 + 8,47 = 16,80
  • Scores de l’adversaire : 7,73 + 9,57 = 17,30

Commentaire de la rédaction : je dois avouer que je ne suis pas hyper fan de Michel Bourez backside, je trouve que sur cette série notamment, il manque de variété. Du coup, même si j’aurais tendance à contredire le choix des juges sur le 7,73 de Michel contre le 8,33 de Fanning, parce qu’il y a plus de rythme et de puissance dans la vague de Michel, je ne comprends pas pourquoi Michel score plus d’un point de plus que Mick sur leurs meilleures vagues. Pour moi il y a plus de variété sur la droite de Mick et beaucoup d’engagement.

Verdict de la rédaction : je verrais presque Mick vainqueur, et même si c’est sans élimination directe cela a de l’importance vu qu’il perd au prochain tout contre Travis Logie.

Event : Trestles

  • Stade de la compétition : Round 5
  • Adversaire : Travis Loggie
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 6,67 + 5,07 = 11,74
  • Scores de l’adversaire : 5,23 + 8 = 13,23

Commentaire de la rédaction : Plus je regarde les séries de Trestles plus je me dis que les juges ont fortement mis l’accent sur la capacité à enchaîné les manœuvres, sans se replacer, sans faire de pauses. Le 8 de Travis c’est 4 manœuvres « non stop », à des endroits critiques, tandis que le 6,67 de Mick compte plus de manoeuvres mais sans que celles-ci se fassent à des endroits critiques. Je me dis que sur un QS, Mick aurait peut être eu une notre plus proche de celle de Travis. Sur le deuxième score, il n’y a pas photo entre Travis et Mick, le premier doit même plus le distancer.

Verdict de la rédaction : Mick ne mérite pas de passer, mais il a vraiment qu’une vague surfée dans cette série.


Event : Teahupoo

  • Stade de la compétition : Round 3
  • Adversaire : Ian Walsh
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 7,83 + 10 = 17,83
  • Scores de l’adversaire : 9,30 + 8,30 = 17,60

Commentaire de la rédaction : Toute la série me semble un peu surnotée. ça commence avec le 7,83 de Mick, puis le 9,30 de Ian (qui, précisons-le, vaut bien 1,5 de plus que Mick). Scenario « pipelinesque » pour Mick qui trouve un 10 à la fin du heat juste après une vague de Ian (8,30). Mick avait besoin de 9,70 il prend 10 c’est pas volé car il est très profond. Incroyable série arrachée par Mick dans ce round 3 crucial pour la course au titre mondial. Ian Walsh lui a toujours été sur les bonnes vagues mais sans jamais être très profond. Mick montre déjà dans ce début de saison qu’en plus de son redoutable airgame et bagage de tricks, il faudra compter avec son mental. Peux t-on voir avec cette victoire les prémices d’une année chanceuse pour Mick ?

Verdict de la rédaction : Mick mérite de passer

Event : Teahupoo

  • Stade de la compétition : Round 5
  • Adversaire : Jérémy Florès
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 5,77 + 8,43 = 14,20
  • Scores de l’adversaire : 8,07 + 5,33 = 13,40

Commentaire de la rédaction : Deux 8 et deux 5 pour Mick et JFlo. le 8 de Mick est meilleur que celui de Jérémy. le 5 de Mick est meilleur que celui de Jérémy. Bon jugement ! A priori Jérémy n’aurait pas fait de doigts d’honneur cette fois, montrant qu’il approuve le verdict des juges.

Verdict de la rédaction : Mick mérite


Event : Keramas

  • Stade de la compétition : Round 5
  • Adversaire : Fred Patachia
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 6,23 + 7,23 = 13,46
  • Scores de l’adversaire : 6,17 + 6,73 = 12,90

Commentaire de la rédaction : Freddy P est furieux à la fin de la série car il se sent complètement sous-noté. J’avoue ne pas bien comprendre les notes sur cette série. Pour moi le 6,23 de Freddy est une super vague, qui mérite bien mieux, il tape toujours au bon endroit et passe quand même 4 gros turns. Les vagues de Mick sont bien plus petites, plus molles. Le 7,23 de Mick est surnoté… Bref, c’est encore douteux.

Verdict de la rédaction : très limite


Event : Fiji

  • Stade de la compétition : Round 1
  • Adversaire : Damian Hobgood
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 7,83 + 9,40 = 17,23
  • Scores de l’adversaire : 8,60 + 8,87 = 17,47

Commentaire de la rédaction : même si le score est serré, le résultat final ne peut pas être autrement. Les deux vagues de Damian sont exploitées au maximum, prouvant que les Hobgood maîtrisent à fond Cloudbreak. Il y a un gouffre entre le 8,60 de Damian et le 7,83 de Mick, ensuite, sur la meilleure vague, le 9,40 de Mick ne mérite peut être pas une si bonne note, mais d’un côté Mick met des turns critiques sur la fin de vague.

Verdict de la rédaction : Mick ne mérite pas de passer

Event : Fiji

  • Stade de la compétition : Quart de finale
  • Adversaire : Joel Parkinson
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 5,50 + 6,63 = 12,13
  • Scores de l’adversaire : 5,33 + 6,50 = 11,83

Commentaire de la rédaction : Fanning gagne la série à 30 secondes de la fin, pour moi il y a plus de 0,13 points d’écart entre la meilleure de Mick et la meilleure de Parko. Même si je trouve que le 5,33 de Mick est presque un peu trop bien noté, il y a plus de différence entre leurs deux meilleures vagues.

Verdict de la rédaction : Mick mérite de passer

Event : Fiji

  • Stade de la compétition : Demi-finale
  • Adversaire : CJ Hobgood
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 8 + 9,07 = 17,07
  • Scores de l’adversaire : 8 + 8,70 = 16,70

Commentaire de la rédaction : je suis beaucoup moins sûr du verdict sur cette série là. La première vague de CJ compte deux tubes, et il est recouvert totalement sur le premier. La première vague de Mick compte un tube sur lequel il n’est jamais profond, et deux turns qui ne sont pas époustouflants. Je donnerais un avantage à CJ sur ce premier échange. Le duel des meilleures vagues donnent l’avantage à Fanning selon les juges, mais je me demande si ils ne se sont pas excités sous prétexte qu’une fois de plus Mick doit obtenir un gros score à 1min30 de la fin de la série. Mick a un long tube, avec une sortie laborieuse et pas très profond, mais la vague est pas terrible. Le tube de CJ est quand même meilleur, plus profond, plus belle vague, clean exit, mais un style vraiment pourri quand il pompe.

Verdict de la rédaction : très serré, et pas du tout évident que ce soit Mick qui mérite de passer.


Event : Rio

  • Stade de la compétition : Quart de finale
  • Adversaire : Sebastian Zietz
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 6,87 + 6,5 = 13,42
  • Scores de l’adversaire : 6,77 + 5,5 = 12,27

Commentaire de la rédaction :
Première vague de Mick : 2 turns backside pour 6,5 avec un mini tube.
Première vague de Seabass : tube + point d’exclamation = 6,77
Deuxième vague de Mick : Casquette Floater = 6,87
Deuxième vague de Zietz : le 5,60, malheureusement on ne l’a pas dans les highlights.

Verdict de la rédaction : la rédaction ne peut se prononcer vu que le heat analyser ne fonctionne pas.


Event : Bells Beach

  • Stade de la compétition : Round 5
  • Adversaire : Raoni Monteiro
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 7,67 + 8,7 = 16,37
  • Scores de l’adversaire : 5,63 + 9 = 14,63

Commentaire de la rédaction : Rien à dire. Conditions onshore un peu moisies : Raoni prend un 9 en fin de série mais c’est sa seule vague correcte. Mick a assuré avec deux vagues au dessus de 7. Rien d’hallucinant comme souvent sur les vagues de Mick, son 7,67 est très bien noté avec une chute sur la seule manœuvre poussée en fin de vague.

Verdict de la rédaction : Mick mérite de passer

Event : Bells Beach

  • Stade de la compétition : Quart de finale
  • Adversaire : Adriano De Souza
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 7,93 + 5,83 = 13,76
  • Scores de l’adversaire : 7,33 + 7 = 14,33

Commentaire de la rédaction : 4 vagues assez similaires, turns, cuts back… c’est sûrement pas dans ce heat qu’on va voir un reverse, un carving 36. Mick a raté sa chance il est tombé 3 fois en début de heat ca fait beaucoup pour gagner face à Adriano. Bon jugement.

Verdict de la rédaction : Mick ne passe pas (et ne mérite pas)


Event : Snapper Rocks

  • Stade de la compétition : Round 3
  • Adversaire : Nat Young
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Mick Fanning : 8,17 + 8,5 = 16,67
  • Scores de l’adversaire :  7,73 + 8,63 = 16,36

Commentaire de la rédaction : Série très serrée qui se joue au buzzer en faveur de Mick. les deux meilleurs scores sont deux vagues très similaires: même taille, un premier gros turn, un deuxième turn, un re-entry assez tendu. (plus tendu pour Nat, plus facile pour Mick). Mick prend 8.5 et Nat au buzzer score juste en dessous du score qui lui aurait permis de sortir le « White Lightning » !
Mais la victoire de Mick ne se fait pas sur ce « non score » de Nat au buzzer mais plutôt sur le back up de Mick un 8,17 avec seulement 3 vrais turns. De son côté, Nat score un 7,73 pour 7 turns puissants. A mon avis, le 8,17 de Mick vaut même moins que le 3ème score de Nat (7,17).

Verdict de la rédaction : Mick ne mérite pas de passer

fanning-young-snapper

Le Crowd Call de Snapper ne s’y trompe pas


Les séries « serrées » de Kelly :

Event : Banzaï Pipeline

  • Stade de la compétition : Finale
  • Adversaire : JJ Florence
  • Scores de Kelly Slater : 9,87 + 6,50 = 16,37
  • Scores de l’adversaire : 8,50 + 7,40 = 15,90

Commentaire de la rédaction :
A 43 secondes de la fin John John a besoin d’un 7,88. Il récupère un 7,40 sur un backdoor vraiment backdoor. Il est plus deep que le 7,33 de Fanning en quart, les conditions sont plus « tricky », mais le tube est moins long. Côté Kelly, on peut dire que son 6,50 est sous noté. La vague n’est pas petite, il est profond, sort après le souffle, met en plus un floater… On aurait pu s’attendre à une note un peu meilleure.
Quant à son 9,87, c’est la vague parfaite à Pipe, plus grosse, plus creuse que toutes les autres, il sort avec le souffle, un 10 aurait bien pu tomber.

Verdict de la rédaction : Kelly mérite de passer !


Event : Peniche

  • Stade de la compétition : Round 2
  • Adversaire : Frederico Morais
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 5,43 + 4,70 = 10,13
  • Scores de l’adversaire : 6,67 + 5,57 = 12,34

Commentaire de la rédaction :
Apparemment Kelly ne voulait pas lancer la compétition dans ces conditions… et on doit dire que c’est pas la peine d’avoir des waiting periods si c’est pour surfer dans une daube pareille.
Le 5,43 de Kelly et le 6,67 de Frederico sont des vagues à une seule manœuvre : un air reverse.
Celui de Kelly a une rotation complète, no grab.
Celui de Frederico n’a pas une rotation complète, est grabé, mais la vague est plus grosse et la section invite à envoyer un air, peut être plus que celle de Kelly.
Le 4,70 de Kelly, sur une vague vraiment merdique, n’est pas comparable avec le 5,57 de Frederico. C’est bien normal qu’il est un point d’écart, par contre, je suis sceptique concernant le 1,30 point d’écart entre les deux airs.

Verdict de la rédaction : serré…


Event : France

  • Stade de la compétition : Round 1
  • Adversaire : Adam Melling
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 9,23 + 7,53 = 16,76
  • Scores de l’adversaire : 7,90 + 7,50 = 15,40

Commentaire de la rédaction Adam Melling a deux bonnes vagues, longues, avec du rythme (nice flow :)), mais, la meilleure vague de Kelly est au dessus, avec plus de variation, plus d’engagement et des manœuvres envoyées toujours à l’endroit le plus critique. Il n’y a qu’à écouter le commentaire du webcast sur la vague de Kelly, chaque manœuvre provoque un « bannnnnggg ».

Verdict de la rédaction Kelly passe et c’est totalement mérité


Event : Trestles

  • Stade de la compétition : Round 1
  • Adversaire : Brett Simpsons
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 7,33 + 7,40 = 14,73
  • Scores de l’adversaire : 7,10 + 8,50 = 15,60

Commentaire de la rédaction : je ne comprends absolument pas comment Kelly ne prend que 7,33 sur sa gauche, alors que Brett prend 7,10. Pour moi il y a au moins 3 points d’écart entre ces deux vagues. Sur la deuxième vague, je trouve que le point de plus de Brett est mérité. Mais sur les deux notes je ne comprends pas pourquoi Kelly ne passe pas. Peut être que les juges considèrent que son air n’est pas replaqué, ce qui expliquerait potentiellement, qu’en dites-vous ?

Verdict de la rédaction : je ne comprends pas pourquoi Kelly ne passe pas.

Event : Trestles

  • Stade de la compétition : Round 3
  • Adversaire : Pat Gudauskas
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 7,10 + 7,70 = 14,80
  • Scores de l’adversaire : 7,07 + 8,50 = 15,57

Commentaire de la rédaction : Kelly se retrouve en round 2, mais méritait sans doute de passer en round 3 directement en battant Brett Simpson. LE 8,5 de Pat est peut être un peu surnoté, car il provient uniquement de ces deux magnifiques turns, le reste n’apportant pas grand chose. Par contre, sa deuxième vague est pas forcément bien notée, elle, car il fait pas mal de choses, même si en comparaison, le 7,70 de Kelly est mieux avec 3 belles manœuvres toutes différentes. Je trouve que la deuxième note de Kelly devrait être moins bien que le 7,07 de Pat.

Verdict de la rédaction : les deux auraient pu passer, difficile à juger.


Event : Teahupoo

  • Stade de la compétition : Round 1
  • Adversaire : Ian Walsh
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 5,50 + 8,50 = 14
  • Scores de l’adversaire : 7 + 6,83 = 13,83

Commentaire de la rédaction : Kelly l’emporte avec un 8,5, meilleure vague de la série, bien mieux que le 7,5 de Sippo et le 7 de Walsh qui sont toutes deux surnotées. En back-up Kelly a un 5,5 et Ian un 6,83, assez bien jugé, dans un petit Teahupoo.

Verdict de la rédaction : Kelly mérite

Event : Teahupoo

  • Stade de la compétition : Final
  • Adversaire : Ace Buchan
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 9,10 + 8,80 = 17,90
  • Scores de l’adversaire : 9,67 + 9,27 = 18,94

Commentaire de la rédaction :  Magnifique finale dans des conditions parfaites ! Seulement 2 vagues prises par Ace et deux 9.
Le 9,67 de Ace : late drop critique puis sortie avec souffle. Ça aurait pu être un 10 vu que c’est la 1ère vague et qu’elle est dingue, mais les juges, malins, savent bien qu’avec Kelly dans la série et des vagues parfaites, il pouvait y avoir encore de meilleures choses.
Kelly score ensuite un 7,67 sur une vague où il n’est pas profond au départ mais montre toute sa technique pour rester dans le tube durant 5 bonnes secondes ! Puis Ace score un 9,20 et Kelly un 9,10 bien jugés a mon avis. Au passage on peut dire que Shane Dorian est meilleur juge que Occy.
Kelly termine par une droite et score un 8,80 avec un tube où on ne voit pas grand chose. c’était sans doute son choix de mettre mal à l’aise les juges. Sur la finale, Ace a eu deux bombes tandis que Kelly s’est battu sur des vagues un poil moins parfaites. Par contre la série est entachée d’un conflit de priorité ; en effet, Ace aurait du perdre la priorité et n’aurait pas du avoir la prio lorsque la vague de son 9,2 est arrivée !

Kelly ne comprend pas pourquoi la priorité n'a pas changé

Kelly ne comprend pas pourquoi la priorité n’a pas changé

Verdict de la rédaction : Si on passe outre le « priority change » oublié par les juges dont a été victime Kelly, Ace mérite de passer.


Event : Keramas

  • Stade de la compétition : Round 4
  • Adversaire : Josh Kerr
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 9,07 + 9,53 = 18,60
  • Scores de l’adversaire : 9,67 + 10 = 19,67

Commentaire de la rédaction : une des séries de l’année… Vagues de dingue. Les juges privilégient vraiment les tubes sur cette série, et c’est ce qui fait que Josh passe, il a pris les meilleures vagues et les a bien surfées. Si on considère que l’on doit faire barrel + autre chose de radical à Keramas, car c’est la vague parfaite par excellence, alors Kelly mérite peut être mieux. Sur ces deux vagues il tube mais il mais aussi des (très) grosses manœuvres avec énormément de variation. Il aurait pu être mieux noté, mais difficile de dépasser Josh Kerr.

Verdict de la rédaction : Josh mérite de passer.


Event : Rio

  • Stade de la compétition : Round 5
  • Adversaire : Taj Burrow
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 8,50 + 6,60 = 15,10
  • Scores de l’adversaire : 8,63 + 5,40 = 15,03

Commentaire de la rédaction : Taj score un 8 63 avec un beau tube puis Kelly un 8,50 avec un gros air reverse. Le back up de Kelly est meilleur (6,6).
Toutefois, dans les highlights on ne voit pas le 5,40 de Taj.

Verdict de la rédaction : la rédaction ne se prononce pas vu que le heat analyser ne fonctionne pas


Event : Bells Beach

  • Stade de la compétition : Round 3
  • Adversaire : Willian Cardoso
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 6,93 + 8,03 = 14,96
  • Scores de l’adversaire : 8,43 + 8,23 = 16,66

Commentaire de la rédaction : le King était blessé et ça s’est vu. On regrette juste que les cuts back des gros soient aussi bien notés.

Verdict de la rédaction : Willian mérite.


Event : Snapper Rocks

  • Stade de la compétition : Round 1
  • Adversaire : Kolohe Andino
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 9,17 + 6,87 = 16,04
  • Scores de l’adversaire : 8,03 + 7,7 = 15,73

Commentaire de la rédaction :
Kolohe 1 : 2 turns dont un beau, un carving cut back un float et une dernier manœuvre ou il reste derrière la vague : 8,07.
Kolohe 2 : Un turn, 2 cut back un gros lay back en fin de vague : 7,7.
Kelly 1 : un 36 trademarké Slate, un carving cut back, 2 bons turns et un dernier turn ou il reste un peu derrière mais arrive a finir la manœuvre à la maniere d’un Adriano. Kelly a besoin d’un 6,56, il part sur une vague sans trop de potentiel et là fait vraiment de la magie avec un nouveau trick en poche le cut back sortie 36 sur la mousse, puis il trouve le 1er tube (mini) de la compète: 6,87. La vague est plus petite que celle de Kolohé et son 7,7 mais là 6,87 c’est un minimum pour le divin chauve.

Verdict de la rédaction : Kelly passe et mérite.

Event : Snapper Rocks

  • Stade de la compétition : Demi-finale
  • Adversaire : Mick Fanning
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 9,37 + 10 = 19,37
  • Scores de l’adversaire : 8,67 + 9,93 = 18,60

Commentaire de la rédaction : Pour rappel Mick ne devrait pas être là. Il aurait du perdre contre Nat Young au tour 3. Domination de Mick les 20 premières minutes puis Mick score un 9,93 et Kelly un 9,37 sur la vague d’après. Rien à dire sur cet échange. Mick fait un beau take off pour se caler, tandis que Kelly se freine et a un plus long tube. Puis vint le 10 de Kelly: Rien à dire, le tube est mieux que celui du 9,93 de Mick, et il termine la vague avec deux très bon turns.

Verdict de la rédaction : Kelly mérite

Event : Snapper Rocks

  • Stade de la compétition : Finale
  • Adversaire : Joel Parkinson
  • Lien vers le heat analyser
  • Scores de Kelly Slater : 8,73 + 9,83 = 18,56
  • Scores de l’adversaire : 8,67 + 8,8 = 17,47

Commentaire de la rédaction : Ça commence en fanfare, un long tube de Kelly puis le 8,67 de Parko, Kelly prend la vague d’après et score un 8,73. Bien jugé, les vagues sont similaires, les tubes aussi, celui de Kelly est un poil plus long et Parko sort par la doggy door. Puis Kelly score un 9,83 sur un long tube deep suivi d’un turn de fou. A l’époque « Pizza » Dane Reynolds prenait un 9,8 pour une vague à un turn comme celui là. Parko prend un dernier 8,80 sur un tube ou il n’a pas pu être trop profond.

Verdict de la rédaction :  Kelly mérite (et passe). Sans être pro Kelly mais seulement réaliste. Kelly a survolé la compète, en tout cas le dernier jour, où il s’est offert les 2 locaux, Mick et Parko en toute logique. Mick n’aurait pas du voir ce dernier jour ; un cadeau fait au local de l’étape qui aura de l’importance à la fin de la saison.


Récapitulatif et verdict

Mick aura surfé 6 séries serrées de plus de Kelly, mais surtout, il en aura gagné plus de 2 sur 3, quand Kelly perd la moitié des siennes.

Capture-scores-kelly-mick

La rédaction, dans son infinie partialité a dénombré 5 séries gagnées par Mick, qui méritaient probablement d’être perdues. Parmi ces séries, on retiendra 3 moments-clés de la saison. Un round 3 à Snapper contre Nat Young où commentateurs et public ne comprennent pas pourquoi Nat ne gagne pas la série avec son dernier score. Ensuite, c’est sans doute la finale du Pro France durant laquelle le surf new school de Medina n’a probablement pas été récompensé à sa juste valeur. Enfin, le quart de final contre Yadin Nicol à Pipe, controversé car les juges valorisent le bottom de Mick, plutôt que l’engagement de Yadin.

250 points séparaient Mick de Kelly à la fin de Pipe, si une seule de ces trois séries avait été perdue par Mick, Kelly gagnait le titre.

Si on doit reconnaître le fighting spirit supérieur de Mick, nous pensons que Kelly méritait le titre. On attend vos commentaires !

Publicités

Est-ce que Kelly Slater va être champion du monde de surf en 2013 ?

octobre 19, 2013

La rédaction de ce blog est « pro Slater » mais aura tout fait pour que cette analyse soit objective.

A deux mois de la dernière compétition du « Tour », deux surfeurs sont encore en lice pour l’emporter :

  • Mick Fanning – déjà 2 x champion du monde – bon surfeur et mec sympa
  • Kelly Slater – 12 fois couronné – meilleur surfeur de tous les temps et encore innovant à 41 ans

A relire les deux dernières phrases, l’objectivité nous a quitté… Admettons-le :

Fanning fait moins rêver que Jordy, John John, Julian, Gabriel, Parko, Slater, Taj, Josh…. Kelly évidemment.

si on a pas de tubes à Pipe, ce sera dur pour Kelly - photo : news.com.au

si on a pas de tubes à Pipe, ce sera dur pour Kelly – photo : news.com.au

Du coup, c’est légitime de le faire dans l’autre sens : qui fait moins rêver que Mick ? Kieren c’est sur, Adriano (si on enlève les claims) et quelques autres surfeurs du tour.

Pourquoi Fanning devrait être champion du monde :

Avec la régularité dont il a fait preuve, ses deux plus mauvais résultats actuellement sont un quart et un 4ème tour, grâce à une forme physique optimale, un surf rapide, puissant au bon moment.

Au moins tu me fais marrer avec ta casquette sur les oreilles... Photo: Steindler

Au moins tu me fais marrer avec ta casquette sur les oreilles… Photo: Steindler

Si bien que pour perdre le tour les deux conditions suivantes doivent être réunies :

  • Mick n’atteint pas les demi-finales
  • Kelly remporte le Pipeline Masters

Mais le Pipe, va quand même nous laisser une petit soupçon de suspense car c’est la compétition des championnats du monde où Kelly est le meilleur, et celle ou Mick est le plus mauvais…

Performances de Kelly Slater et Mick Fanning à Banzaï Pipeline :

Le tableau ci-dessous reprend le classement des deux surfeurs depuis 2000 sur cette compétition mythique, les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Kelly largement meilleur à Pipe sur les 20 dernières années

Kelly largement meilleur à Pipe sur les 20 dernières années

Sur les 12 dernières participations, Kelly finit 9 fois dans dans le dernier « carré » >> 3 chances sur 4 pour qu’il soit en demi.
Sur les 9 dernières participations, Mick n’atteint que 2 dois les demi-finales >> 1 chance sur 5 pour qu’il y soit.

Que se passait-il avant les années 2000 au Pipe ?

Vous me direz on s’en fout, et c’est vrai qu’entre les évolutions du format de compétition et des surfeurs, les statistiques qui arrivent n’ont peut être pas de poids mais tout de même :

Depuis 1992, Kelly Slater a gagné 6 fois le Pipeline Masters. C’est lui qui a le record du nombre de titres. En 8 ans (avant 2000), il a gagné 5 fois.

Et si cette année ce n’était pas le retour de Kelly sur la plus haute marche à Pipe ?
En 2012, alors qu’on était dans un duel pour le titre similaire entre Parko et lui, il perd en demi, en scorant tout de même le meilleur total de l’event et en coiffant Shane Dorian dans un quart hallucinant.

l'espoir est mince pour Kelly mais on y croit...  Photo : Snowbrains

l’espoir est mince pour Kelly mais on y croit… Photo : Snowbrains

Conclusion et perte de l’objectivité :

Sur le papier, ce sera difficile, mais est-ce que Mick a besoin d’un 3ème titre ? Il sera encore là l’an prochain, et je parie ma fortune qu’il surfera de la même manière. Quant à Kelly, il pourrait alors se retirer avec un nouveau sacre, laissant la place pour les années à venir au surfeur le plus doué du moment (indice : il a deux prénoms, et ce sont les mêmes).

Shaper sa planche de surf tout seul

avril 13, 2013

C’est probablement une des ambitions de tout surfeur que de façonner seul sa propre board.

Nous avons rencontré le charismatique Damien Marly, qui en plus de shaper pour les autres, met également a disposition des surfeurs une panoplie de conseils et surtout tout le matériel pour shaper sa planche soi-même.

Les membres ont questionné Damien pour tout savoir sur le shape en mode do it yourself.

Combien de temps faut il prévoir ?

Pour fabriquer une planche il faut surtout ne pas être pressé.

Il y a deux étapes principales :

  • le shape
  • le glass

Je conseillerais de travailler le shape par étape. Par exemple tracer l’outline et le couper puis faire un break. Votre œil peut ne pas être habitué à travailler des volumes et donc il se fatigue… Prenez tout le temps qu’il vous faut pour vous reposer, 1h, 1 jour ou 1 semaine et retournez-y. Je dirais donc qu’il faut entre 1 heure et trois jours pour le shape en fonction de vos capacités, et autant pour le glass suivant la technique utilisée.

Peux-tu nous décrire les étapes de la fabrication d’une planche ?

Après avoir tracé et découpé l’outline (contours de la planche) il faut répartir les volumes dans la longueur de la planche en donnant par la même occasion le rocker voulu (courbure de la planche).
On travaille ensuite le dessous de la planche. Il peut être plat, avec du vee, du concave mais aussi combiner plusieurs formes.

Une fois le Bottom shapé on s’attaque aux rails du dessous. Ces derniers ont généralement un angle dur au niveau du tail et ils s’enroulent progressivement pour être bien doux et arrondis sous le pied avant. Il ne reste ensuite qu’à shaper les rails du dessus dans la forme voulue, boxy, medium ou pincés.

Il reste ensuite à la strater. Deux solutions :

  • l’emmener à un pro si vous avez la chance d’en avoir un près de chez vous
  • ou bien vous installer dans votre garage et tenter l’aventure!

On trouve sur le net beaucoup de vidéos explicatives… Et Damien en a deux jolies sur un travail réalisé pour un longboard 9″4.

D’abord le shape :

Et regardez ensuite le coup de main pour le glass :

Combien ça coûte en matériel ?

Il faut compter environ 140€ pour les matières premières pour un shortboard et 200€ pour un longboard.

Quelles sont les qualités requises ?

De la patience ! Surtout de la patience. Il ne faut pas se précipiter. Avoir un œil entraîné à observer les volumes est important également. Et bien sûr un petit côté manuel peut aider!

Quel est le conseil du Chipiron ?

Ne commencez pas par des shapes trop compliqués, vous ne ferez pas du 1er coup un thruster performant !
Choisissez plutôt des shapes types minimal ou Egg pour vos premières boards.

Surf au chili: le surf trip parfait pour le surfeur expérimenté

septembre 25, 2011

Le Chili est sans doute le pays qui détient les ressources naturelles les plus attirantes pour un amoureux des sports de glisse.
les Andes pour le snow et 4 300kms de côtes  pour le surf. Bref ce pays a été conçu pour les sports de glisse.
Mais ne vous emballez pas, Je dirais que le Chili est le paradis pour le surfeur…expérimenté.

Coucher de soleil sur les Andes

Coucher de soleil sur les Andes

Les origines du surf au Chili

Les chiliens ont mis du temps à capter la chance qu’ils avaient. le Chili n’a pas du tout la même culture surf que le Pérou ou le Brésil qui sont, derrière l’Australie et les États Unis, des pays pionniers du surf mondiale. En effet, On shapait déjà des planches au Pérou, Médina mettait déjà des airs et Adriano « claimait » dejà sur tout ce qui bouge, qu’au Chili on savait toujours pas faire un take off.

Les lieux où le surf chilien a pris son envol sont Horcón, Ritoque en région centrale du Chili, puis bien sûr Pichilemu (VIème région) tandis que les spots d’Arica au nord, la ville chilienne la plus péruvienne, étaient déjà sous la botte des surfeurs péruviens.

le surf au Chili aujourd’hui

Le surf au Chili est donc un sport relativement nouveau mais en plein essor. Sur le littoral central chilien, ou même sur les spots de Pichilemu ça en est même hallucinant, le dimanche vous verrez toutes les familles allez surfer à Concon (barbotter serait le terme), sur le littoral central. Les vagues sont pourries, l’eau est une infamie (grâce a la raffinerie de pétrole qui verse toutes ses merdes dans la mer, l’eau doit être une des plus pollués dans le monde) mais peu importe, le chilien vient surfer plage de la Boca à Concon. Sur le spot voisin de Reñaca, c’est pas la même ambiance famille… le probleme du développement rapide du surf fait que la nouvelle génération ne connait pas beaucoup la culture surf. Cette population surf ne voyage pas, faute de moyen et  a entendu parlé du localisme à Hawaii, donc elle fait la gueule à l’eau et protège son spot de Reñaca qu’elle croit « world class ». Je ne sais pas comment qualifié Reñaca en été, peut être la citation d’Etienne Mougeotte dans les guignols « Du cul, du cul du cul » est la plus appropriée. Les santiaguinos quant à eux descendent le week end pour aller surfer à Maitencillo, c’est très « cool » de dire qu’on surfe au chili, et dire qu’on surf à « Maite » encore plus cool. Manque de bol, « Maite » est généralement un closier, mais un closier qui se la joue! Tous les locaux travaillent à l’école de surf de Maitencillo, et là aussi c’est pas triste, les mecs sont tout sauf sympas, tout ce qu’il cherche à faire c’est te louer une nsp à 15000 pesos la journée. Vous m’avez compris le vrai surf chilien n’est pas dans la région centrale, il est au sud ou au nord!

Renaca, la plage à la mode au Chili

Reñaca, la plage à la mode au Chili

Coucher de soleil sur Viña del Mar

Coucher de soleil sur Viña del Mar

Les surfeurs chiliens

Ces dernières années, des surfeurs chiliens qui ont les cojones bien accrochées se tirent la bourre entre eux et découvrent des spots de plus en plus au sud du Chili. C’est un peu comme Travis Rice et ses potes qui vont faire du snow au Chili dans des endroits où personne n’est allé comme par exemple en Patagonie antartique chilienne. ( montagne de Darwin). Mais au fait, qui à part Travis et ses 5 hélicoptères Red Bull a envie de bousiller sa board sur un couloir rocheux et crouteux?

Le surfeur chilien le plus connu est sans doute Ramon Navaro. fils de pêcheur et natif de la region de Pichilemu, Ramon surf du gros! c’est pourquoi il est chaque année invité au Eddie Aikau. Et quand il ne fait pas des monster drop a Waimea Bea , ou des gros wipe out à Santos del Mar ( Chile), Ramon surf Punta Lobos et recherche de nouvelles vagues au sud du Chili avec son collègue Christian Merello.

Christian a l’air vraiment cool! il ne se prend pas la tête, il essaye de développer son image, il filme, il se bouge vraiment pour le surf au Chili.  Son surf est new school mais c’est aussi ( en bon chilien) un gros chargeur! la preuve au Ceremonial de Punta Lobos. , qu’il a gagné en 2010.

Manuel Selman est sans doute le plus doué, mais peut être le moins bosseur? Depuis longtemps sur le WQS, il ne perce pas au niveau mondial. Voici une petite vidéo ou vous verrez tout le talent du pti gars.

Le vétéran Diego Medina, qui a débuté à Horcón, est clairement moins impressionant que son homonyme brésilien Gabriel dans les airs ( ps: Gabriel arrête les double grabs…), mais ça reste une légende du surf au Chili. En effet il a remporté le Billabong XXL 2006 Monster Paddle awards  (désolé, impossible de trouver une vidéo décente de la vague de Diego Medina à Punta Lobos). La répercussion de son titre dans les médias a fortement boosté le développement du surf au Chili.

les spots chiliens célèbres

Au sud, il y a des vagues de fou mais les conditions sont extrêmes. Entre la Gotera de Pelluhue, rendue célébre par le Volcom Nutcraker, Curanipe, Buchupureo, Cobquequra, il y a de quoi faire! et ça Chris Bukard le sait, il a gagné le Red Bull Illume Image Quest 2010 avec sa photo d’un spot chilien qui a fait le tour de monde. Pour le surfeur chilien moyen, la pillule a du mal à passer: « Los weones llegan en nuestros spots y mas encima los weones ganan wea, premios, y hacen que se viene mas gente correr nuestros spots, cachay? » traduction si vous ne parlez pas chilien: « Les gringos viennent sur nos spots, et en plus maintenant ils gagnent des prix en shootant nos vagues ». Cette zone du sud est aussi une zone qui a été dévasté par le tremblement de terre / tsunami de février 2010.

Coucher de soleil au Sud du Chili

Coucher de soleil au Sud du Chili

A 2h30 au sud de Santiago, le spot de la Puntilla et Punta Lobos à Pichilemu ou encore les gauches de Puertecillo qui ne sont plus secrètes pour personne. Les spots de Pichilemu demandent beaucoup de rames, c’est souvent costaud, donc mieux vaut venir avec un petit level en poche.

A moins de deux heures et des montagnes de Santiago, les spots de Maitencillo, Reñaca, Con Con, Ritoque. Comme je l’ai dit plus haut, c’est un des seuls endroits ou vous surferez ( généralement) des vagues de merde avec du monde, encore que Reñaca est une bonne vague de bodyboard, creuse, intense, courte.

En remontant, le spot le plus célèbre autour de La Serena est Totoralillo, plus au nord on trouve la droite de rochers de Portofino, et les spots du désert d’Atacama. Au nord, du grand classique: El Gringo a été révelé au grand public lors du Rip curl Search en 2007. Arica accueille aussi chaque année une étape du circuit mondial de Bodyboard. Attention, comme dirait Philippe Lucas, Arica c’est pas pour les tarlouzes en maillot de bain.

les choses à faire au Chili

  • Manger des empanadas
  • Boire du pisco ( Capel ==> mal au crâne, Alto de Carmen, Mistral ==> bon lendemain)
  • Parler tuning
  • Si vous êtes dans le coin en mars avril, faire les fêtes des vendanges ( la région du vin est a coté de Pichilému ca tombe bien pas la peine de faire 30 heure de bus)
  • Si vous êtes courageux allez voir un derby Colo Colo Universidad de Chile vous verrez qu il y a encore plus débile que supporters marseillais et parisiens.
  • Faire une session snow et surf dans la même journée. Un ticket demi-journée, puis cap sur la plage.
  • Faire une meilleur photo de coucher de soleil à San Pedro de Atacama.
Coucher de soleil vers San Pedro de Atacama

Coucher de soleil vers San Pedro de Atacama

Les Blogs de nos surfeurs et surfeuses Français !!

février 21, 2011

Voici une liste des blogs ou sites internet que tiennent à jour nos riders et rideuses français(es) préféré(e)s. Nous pouvons ainsi les suivre lors de leur trip à travers le monde que ce soit en compétition ou en free surf.
Si vous souhaitez des informations sur les destinations rendez-vous sur le guide de voyage ESTIM.
Il est intéressant aussi de voir les articles ou informations que certains relayent: actualités générales et sportives, conseils pour voyager, vidéos du moment, événements à venir…
Par contre il est étonnant de ne pas en avoir trouvé pour des compétiteurs comme Michel Bourez, Vincent Duvignac, Charly Martin, Maxime Huscenot, PV Laborde ou Dimitri Ouvre et des free surfeurs très inventifs comme Naum Ildefonse, Fred Compagnon ou Hugues Oyarzabal.
Si vous connaissez d’autres blogs ou sites n’hésitez pas à nous les faire partager dans les commentaires.

Jeremy Flores: http://www.jeremy-flores.com/

Tim Boal: http://www.timboal.fr/

Joan Duru: http://www.joanduru.com/

Romain Cloitre: http://romaincloitre.blogspot.com/

Eric Rebiere: http://ericrebiere.blogspot.com/

Benjamin Sanchis: http://bensanchis.tumblr.com/

Marc Lacomare: http://marclacomare.blogspot.com/

Jean-Seb Estienne: http://www.a2cb1.com/A2cB1/Blog/Blog.html

Romain Laulhé: http://www.romainlaulhe.com/

Hugo Savalli: http://hugosavalli.blogspot.com/

Medi Veminardi: http://mediveminardi.blogspot.com/

Adrien Rapp: http://adrienrapp.blogspot.com/

 

ET LES GIRLS:


Pauline Ado: http://paulineado.fr/

Lee Ann Curren: http://leeanncurren.blogspot.com/

Amandine Sanchez: http://www.amandinesanchez.com/

Caroline Sarran: http://www.a2cb1.com/A2cB1/Blog/Blog.html

Les précautions sanitaires et Kits de santé à prendre pour un surf trip

février 17, 2011

  • Avant de partir
  1. vérifiez que vos vaccins sont à jour, notamment le tétanos (rappel tous les 10 ans). Suivant votre destination, une vaccination spécifique peut être nécessaire. Rapprochez-vous du centre de vaccinations internationales et de conseils aux voyageurs de votre région pour en connaitre les modalités (En Aquitaine : http://www.chu-bordeaux.fr/chub/professionnel-sante/autres-centres/sante-voyages/). Vous pouvez également consulter votre médecin traitant ou votre pharmacien qui sauront répondre à vos questions ou vous aiguiller dans vos démarchesconstituez-vous une trousse à pharmacie.
  2. constituez-vous une trousse à pharmacie

Voici un exemple. Demandez conseil à votre pharmacien.

– Antalgiques type Paracétamol et anti-inflammatoires type Ibuprofène pour la fièvre et les douleurs
– Antiseptines locaux type chlorhexidine et compresses pour désinfecter les plaies
– Pansements
– Stéri-strips pour rapprocher les berges d’une plaie profonde
– Antispasmodiques type Phloroglucinol pour les maux de ventre
– Antiseptiques intestinaux type Nifuroxazide pour les gastro-entérites ou les intoxications alimentaires
– Antidiarrhéiques type Lopéramide
– Anti-nauséeux type Metopimazine
– Crèmes solaires
– Répulsifs contre les moustiques. Suivant les régions visitées, notamment en Amérique Centrale ou en Asie, l’instauration d’un traitement anti-paludéen peut s’avérer nécessaire avant le départ.

Si vous suivez un traitement au moment de partir, n’oubliez pas de le prendre avec vous ainsi que votre ordonnance et mettez le dans votre bagage cabine. En effet, vous pourriez être gêné si la compagnie aérienne venait à égarer vos bagages.
Munissez vous des numéros de téléphone et adresses qui pourraient vous être utiles sur place (médecins, ambassades, consulats, etc.)

  • Sur place
  1. Attention à votre alimentation. Ne buvez pas l’eau du robinet, préférez l’eau en bouteille.
    Éviter les plats à base de légumes crus, ils pourraient être lavés avec de l’eau souillée.
  2. Attention au soleil. Protégez-vous avec une crème soleil dont l’indice est adapté (le plus fort:SPF50).
  3. En cas de blessures, ne laissez pas trainer une plaie même si elle doit vous éloigner de l’eau quelques jours! En cas de doute, consultez un médecin sur place.
  • A votre retour

En cas de fièvre, consulter immédiatement votre médecin.

Pour plus de renseignements ou des conseils, il existe le guide Vidal de la santé en voyage

Surf & snow / ski aux îles Lofoten (Norvège)

février 13, 2011

Cet article fait partie d’une série qui sera complétée. Nous passons en revue les endroits dans le monde où la pratique des deux « glisses » (surf et snow / ski) est possible dans la même journée.

Après plusieurs recherches sur Google, il est bien clair que rien n’a été écrit précisément sur les trip combinant surf & snow. Je commence donc par éplucher la cartographie du monde pour déceler les zones qui proposent côte et montagne à proximité. S’en suivra une étude sur la pratique du surf, et du ski / surf dans ces zones…

Imaginez….

  • Offshore le matin: un peu de surf…
  • Pourri l’après-midi, le soleil se lève, direction les pentes enneigées…

Aujourd’hui: Lofoten Islands / Les îles Lofoten (Norvège)

Pour tout dire, c’est une double session snow / surf de Terje Haakonsen qui m’a donné envie d’écrire cet article… Et celle-ci se passait justement dans les îles Lofoten. Je n’arrive pas à retrouver des images de ça malheureusement…

Les Lofoten… où c’est?

Ces îles, sont situées au Nord de la Norvège, c’est une avancée de terre très escarpée qui est relativement importante (plus de 100 kms de côte). On peut les rejoindre par Ferry ou par Avion. Le dernier prend 3 heures pour vous emmener d’Oslo jusqu’aux îles. En bateau, vous pouvez partir de Bergen et mettre 1 semaine pour rejoindre l’archipel. L’autre méthode consiste à vous rendre sur le « continent » en face des îles (Bodo ou Navrik) et là de monter dans un ferry qui vous emmènera sur les îles. Je n’ai pas réussi à trouver la durée de ce trajet.

Toutes les infos de transport ainsi qu’une carte assez bien faite se trouvent dans cet article.

vue d'un village aux Lofoten

Climat sur les îles Lofoten

Malgré la position arctique des îles, le climat est pas si rude que ça. C’est d’ailleurs la « largest positive temperature anomaly in the world relative to latitude ». Et ce grâce au Gulf Stream. Il fera donc -1,5° l’hiver en moyenne, et 13° l’été. Les mois les plus secs sont au Printemps et les plus humides en Automne.

L’eau monte à 14° l’été et descend jusqu’à 3° en plein hiver. Au niveau de la lumière, on ne voit pas le jour en Décembre, et on ne voit pas la nuit en Juin et Juillet.

Au delà des activités ciblées dans cet article, les Lofoten Islands attirent des touristes pour la vue des baleines, la beauté des fjords, les aurores boréales…

Surf et Snow @ Lofoten Islands

J’ai trouvé une petite vidéo sympa avec bonne musique faite par des norvégiens qui sont plus stylés sur neige que sur eau. Ils surfent une petite gauche sympa, qu’on retrouve souvent quand on regarde des infos sur le surf aux Lofoten (à moins que ce ne soit jamais la même).

En tout cas, c’est joli… c’est au bord, il n’y a pas de vent… Pas de quoi faire frémir.

Les images de surf aux Lofoten Islands qui ont été le plus vues sont surement celles de Rip Curl qui y avait envoyé Tom Curren. Malheureusement ils n’ont pas une vidéo globale du trip. Je vous en propose une qui montre un peu de surf et un peu de paysage.

Des conditions qui sont peut être un peu moins inviting, mais qui montrent qu’il y a clairement du surf consistant.

Une particularité qui vaut le détour: le fait de pouvoir surfer de nuit, en été lorsque les journées sont quasi-continues.

surf au lofoten islands de nuit

Cette photo est prise à 23h00!

Concernant le snow, il y a des stations de ski aux Lofoten, mais au delà de ça, avec la pente extrêmement raide et des conditions climatiques qui font que ça ne manque pas de neige, il y a vraiment de quoi s’amuser sur ses propres traces avec une vue tout bonnement hallucinante.

Ces gens là se trouvent un couloir ultra pentu, et le début de la descente sous la barre rocheuse nous fait douter qu’ils prennent un quelconque plaisir.

ski aux lofoten islands

Pour le coup eux se gavent absolument. Bonne neige, vue incroyable, et pentes gérables.

En gros, les Lofoten c’est sans doute le trip qu’aucun de vos potes n’aura déjà fait, c’est beau, voir magnifique, il n’y fait pas si froid, c’est l’occasion de faire une journée sans que la nuit tombe, il doit y avoir moins d’une dizaine de surfeurs locaux, et des pentes largement inexploitées… Je pense que c’est quelque chose de totalement « à part ».

Quelques liens pour un trip aux Lofoten:

Le vrai rider c’est celui ou celle qui est habité(e) par l’esprit de la glisse et se procurera autant de plaisir à glisser sur de l’eau, de la neige, du sable, du bitume… Beaucoup de pratiquants de « board riding » sports sont attirés par toutes les formes de Glisse.

Chez Estim, nous avons un guide spécialisé sur les spots du Surf et du Ski/Snow, donc nous passons en revue les endroits où les deux glisses peuvent être pratiquées le même jour. La suite prochainement…

Surf-wear / street wear alternatif: Parlementia

janvier 15, 2011

Du surf/street wear alternatif à forte identité autres que les créations originales d’Estim association? Eh oui ça existe. Cela fait quelques temps maintenant que la marque Parlementia fait partie intégrante du surf wear alternatif basque / français. Pour nous en parler, Brice Montessuit, gérant de la marque.

Salut Brice, depuis combien de temps évolues-tu dans le monde du Surf ?

Je surfe depuis 15 ans mais j’ai des relations étroites avec le monde de la glisse depuis près de 20 ans. J’ai longtemps été sponsorisé par des grosses marques de ce milieu en tant que musicien d’un groupe de rock, du coup j’ai pas mal vu ce business évoluer et ça me permet de mieux appréhender l’évolution quotidienne de Parlementia… Dans notre équipe il y a des gars qui surfent depuis 25 piges et qui s’éclatent dans le free surf, du coup tous ensemble on fait régulièrement des surf-trips, on adore ça, le surf pour nous c’est ce qui concentre tout ce qu’on aime : la liberté, la nature, le respect des autres, le bien-être, la découverte…

Sinon comme je suis savoyard, originaire de Bourg-Saint-Maurice au pied des Arcs, on part souvent faire des runs dans mes Montagnes parce que pour moi il existe un parallèle évident entre l’Océan et les Montagnes.
Nous nous sommes tous rencontré à Hossegor dans les années 90’s, un soir j’ai eu la chance avec mon groupe de l’époque de jouer place des Landais devant plus de 2500 personnes pour clôturer le Rip Curl Pro remporté par Rob Machado. Après nous, sur la même scène s’était produit un groupe un peu Folko-rock-blues constitué notamment de Rob et d’un certain Kelly Slater… ce soir la il y a eu un moment magique de respect mutuel, qui reste pour moi un magnifique souvenir. Pendant le show que nous donnions, un des gars qui fait actuellement partie de l’équipe de Parlementia et qui était de retour d’un surf trip au Portugal, s’est fait fracturer sa 4L Renault et chourer ses 3 boards en pleine rue, dans Hossegor juste en face de chez ma tante. Ce jour là on a su que notre destin était lié, à l’époque on ne savait pas comment mais du haut de nos 20 piges on avait conscience que cette histoire nous liait à jamais.
C’était notre « band of brothers » à nous…

Tu as décidé de créer la marque de vêtements surfwear « Parlementia », comment l’idée t’es venue?

Quand j’étais minot je passais mes étés à Socoa et je me souviens que quand mon père me parlait de Parlementia et qu’on allait sur le spot j’avais l’impression d’être au Paradis et bizarrement je crois que je comprenais déjà le sens étymologique du mot… Ado on venait souvent observer le spot habillé en « Town and country » ou en « Off shore », juste pour contempler, ce qui nous paraissait être, une vague inaccessible.
A l’époque j’avais un coupe vent noir « Town and country » avec l’énorme Yin and yang dans le dos je l’adorais et déjà à l’époque je pensais que cette marque était une référence pour l’image qu’elle véhiculait : entre Zenitude et surf … un alliage évident. Un soir il y a trois ans j’étais dans un resto de Guéthary avec toute ma bande de potes dont je viens de vous parler et je me suis rendu compte que tout le monde avait une fascination comme la mienne pour ce spot et ce nom. Un nom ni français, ni espagnol, qui parle de lui même et qui parle de démocratie et donc d’humain…

A un instant tous nos regards se sont croisés et on a compris qu’on avait l’idée qu’on attendait pour écrire la suite de notre histoire… ce fut un moment énorme que nous nous sommes empressés d’arroser au Patxaran.

Qu’est-ce qui différencie Parlementia des autres marques ?

Déjà le chiffre d’affaires 🙂
Ceci étant, pour l’instant on est plus préoccupé par l’image et les valeurs portées par la marque que par l’idée de faire de l’argent. Sur notre site internet notre blog a une grande importance, nous parlons d’environnement, de voyages, de musique, c’est pour nous le moyen d’offrir des choses et des ressentis différents aux gens qui aiment bien porter cette marque. Surfer pour partager, pour découvrir …

Le blog est pour nous un vecteur primordial pour assoir l’image qu’on veut véhiculer, on essaie de faire réfléchir les gens sans être moraliste. On a bien conscience que rien n’est simple, qu’il en faudra plus mais on veut donner un ton différent.
Nous sommes face à une page blanche et donc on peut y écrire ce qu’on veut…
C’est cette liberté qui nous différencie, le plus, des autres marques.

Parlementia c’est aussi un spot de Surf très prisé dans le Pays Basque ?

Oui et certainement trop au goût de certain gars du coin.
Mais le business du surf est en pleine explosion, les écoles de surfs débordent de clients, les peek sont saturés et je peux vous dire que les grosses marques aux dents longues se sont préparées à cette explosion… cet été a Erretegia Bidart j’ai compté prêt de 200 kids à l’eau au même moment. Cette clientèle potentielle a le droit d’avoir accès à de nouvelles marques et Parlementia doit représenter une alternative aux marques qui inondent le marché depuis 3 décennies.

Pour en revenir à la question Parlementia est un spot à ne pas mettre sous toutes les planches…
Mais quand tu rames pour aller au peek, à mi-marée, que tu passes les rochers et que les vagues arrivent vers toi, glassy et régulières, tu restes sans voix. En plus le spot est orienté plein Ouest alors je vous laisse imaginer les Sunset sessions…

La marque cible-t-elle uniquement les surfeurs ?

Non évidemment. Parlementia est une marque qu’on peut classer dans la catégorie street wear et donc elle s’adresse clairement à tous, mais ce qui symbolise le mieux cette marque : c’est une bonne vague, un bon vieux sunset, un sommet de 3500 mètres, un coup de Kite sur la côte d’Opal, un double flip en skate sur la place rouge à Strasbourg…
Ou tout simplement un bon sweat confortable pour calmer un petit coup de froid.

Où peut-on trouver vos vêtements aujourd’hui ?

Sur www.parlementia.com.
Nous sommes aussi dans un magnifique concept store à Dax, ou la marque rencontre un vif succès du coup nous sommes en train d’étudier la possibilité de distribuer la marque dans différents points de ventes.

BON SURF A TOUS, CONTINUEZ DE REVER

Merci à toi Brice.. Profitez c’est les soldes en ce moment chez Parlementia…

Customize ta veste Estim art series

novembre 29, 2010

Salut à tous,

Chez Estimfriends on aime le Tyvek, ce matériel issu à 100% du recyclage de polyethylène.
Il est adapté pour la pratique des sports de glisse:

Tyvek est ultra léger!
Tyvek est respirant, super élastique, quasiment indéchirable.
Tyvek résiste à l’eau, au vent / idéal pour vos sessions neige de printemps
Fait à partir de matière recyclée il est non toxique et facilement recyclable.
Il est aussi très original, du pain béni pour les artiste qui peuvent personnaliser leur veste, comme sur du papier!

Estim custom art Jacket

Nous proposons une édition limitée de veste Estim totalement unique. Choisis dès maintenant ton design / modèle de veste en remplissant notre questionnaire ci dessous / en t’aidant des images présentes sur cette article. Tu peux tout customizé, utiliser un design all over existant ou encore crée ton propre all over!

https://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dHVvYUcxRGxGVHNWZHhJVHV0NVZSR0E6MQ

Fiche produit:

Fait en Tyvek®
Veste manche longue
Fermeture éclaire nylon
Capuche
Double poche avant
Manches « raglan »
Logo EstimFriends : Estim Art Jacket
All over nuages EstimFriends
Extérieur 100% Tyvek
Doublage: 100% Coton * (pour modèles:Lined coton Jacket / Reversible Jacket)
Design, confection au Chili
Designeuse: Francisca Cordero Moya, diseñadora independiente chilena.
Impression: Argentine
Poches secrètes

Designs homme:

my-friend-is-a-ring

grapevine

guddjens

nollieboy

rastafoireux

bucheron vertical

bucheron diagonal

bucheron horizontal

bucheron mix up

blue-hotel

antihero

fear-on

green-flush

Designs femme:

little-odessa2

little odessa

filthy2

filthy

blue-hotel (girl)

sketchy

HB1

dear-clarisse

rasta

Couleurs disponibles

Types de all over

Logos/design

Sur la veste tyvek simple il s’imprime à l’extérieur, sur la veste tyvek fourrée, il s’imprime à l’intérieur, sur la doublure.

Finition

Prix

Prix d’une veste Tyvek homme /fille: 50 Euros
Prix d’une veste Tyvek homme /fille fourrée: 60 Euros
Prix d’une veste Tyvek homme /fille réversible: 70 Euros

Attention, tu as jusqu’à lundi 6 décembre à 20h00 pour créer ton pro modèle.
Les Custom art Jacket d’Estim arriveront en France le 1er Mars.
Pour passer commande, c’est très simple!
Remplis le formulaire ci dessous:

https://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dHVvYUcxRGxGVHNWZHhJVHV0NVZSR0E6MQ

Si tu rencontres un problème avec le questionnaire, fais le nous savoir via les commentaires de ce post.

Estim Tyvek Art Series: Veste + Sac

septembre 9, 2010

Comme vous le savez, Estim clothing c’est du du surfwear associatif, et des produits originaux. On a toujours essayé de produire du surfwear différent.
Du old school comme les lunettes et cordons sucre glace ou les doudounes skate/snow bleu turquoise avec écusson; de l’utile comme les peignoires surf et les pantoufles snow, ou encore de l’artisanat wear avec la collection chilienne…
Aussi, depuis pas mal de temps dans les Estim Labs (qui n’existent pas mais on a vraiment l’impression d’être une entreprise en employant des beaux termes), on s’est passionné pour le matériel Tyvek. Pour ce qui ne le connaisse pas, le Tyvek compose notamment les enveloppe/colis indéchirable de la poste ou encore les dossards de marathon, il est très similaire au papier.
Il existe aussi un Tyvek plus souple utilisé pour les habits de protection utilisés dans les industries chimiques.
Bref, peu importe car pour nos chercheurs à nous, Ce matériau recyclable ultra léger et résistant est particulièrement adapté à la pratique du skate ou même du snow en fin de saison.
De plus, il est très art friendly puisqu’il est possible de dessiner dessus comme sur du papier! Eh oui des combinaison intégrales de protection industrielle style « bleu de travail » pour chercheurs, on en vient à la mode, au fashion. Nike, par exemple, a réalisé des vestes en Tyvek avec la collaboration d’artistes.
Estim s’est lancé dans le Tyvek avec pour l’instant une veste doublée all over ( jusqu’à l’intérieur des poches!) avec capuche, pour les filles qui rident ou qui posent, ainsi qu’un sac à mains très street.

Veste en Tyvek Estim doublée cotton+lycra

Vue d'ensemble du Sac en Tyvek d' Estim clothing

Désolé pour la piètre qualité des photos, mais Estim ne siège pas encore à la Roundhouse…

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ce matériau, des créations, et de nous communiquer vos idées.